Nombreuses sont les femmes qui disent avoir leurs menstrues pendant la grossesse ; alors comment cela s’explique ?
Soyons clairs dès le départ : être enceinte et avoir ses règles est impossible à 100 %.

Parce que la grossesse et les règles sont par définition mutuellement exclusives : les menstruations ont pour but d’enlever l’excès de paroi de l’utérus qui s’est accumulé pendant le cycle menstruel. Si aucun ovule n’a été fécondé, la muqueuse est décomposée et, à la fin du cycle, les règles commencent.

Inversement, si la fécondation a eu lieu, l’ovule se niche dans la muqueuse de l’utérus. Diverses hormones stoppent le cycle menstruel et veillent à ce que la paroi de l’utérus reste en place et ne soit pas expulsée hors du corps par un saignement.


Alors comment se fait-il qu’une période de menstruation puisse survenir malgré une grossesse ?

Les saignements pendant la grossesse

Les femmes qui racontent qu’elles avaient leurs règles enceintes n’ont pas entièrement tort. Il y a en effet des saignements durant la gestation et cela peut même permettre de déceler une grossesse ! Cependant, ces saignements différent des menstruations par leur durée, leur couleur et leur intensité.

Les premières semaines de la grossesse, en particulier, peuvent être marquées par des saignements que l’on confond avec les règles. Ces saignements, qui surviennent en début de gestation, sont généralement plus faibles, ne durent pas aussi longtemps et ne sont pas aussi réguliers que les règles.

Les causes de ce saignement sont généralement bénignes. À la 4e semaine de grossesse, il peut s’agir d’un saignement d’implantation. Lorsque l’ovule se dépose dans la paroi de l’utérus, cela peut en effet provoquer un léger saignement. De plus, en raison de tous les changements hormonaux, il peut toujours y avoir un écoulement de sang. Si vous continuez à prendre la pilule, vous devez également vous attendre à des saignements pendant la pause.

Au début de la grossesse, de nombreuses femmes présentent ainsi de légers saignements. Bien qu’ils soient généralement inoffensifs, vous devez toujours demander l’avis de votre gynécologue – surtout s’ils sont abondants et douloureux. Cela peut être le signe d’une fausse couche ou d’un décollement placentaire prématuré.