Je ne vous en tiendrais pas rigueur si vous me disiez que vous ne connaissiez pas cette maladie qu’on appelle l’endométriose. Ou que vous en aviez vaguement entendu parler. Je vous comprends car l’endométriose a tou- jours été considérée comme une maladie féminine taboue. Le plus important maintenant est d’en parler et lever un coin du voile sur cette maladie qui fait souffrir beaucoup de femmes en silence. En effet, l’endométriose survient quand les tissus qui tapissent normalement l’utérus se développent en dehors de ce dernier. Dans le cas, les tissus peuvent se trouver sur les ovaires, les trompes de Fallope ou les intestins. L’endométriose touche 1 femme sur 10 en âge de procréer dans le monde. En France, 2,5 millions de femmes sont concernées par l’endométriose. En Côte d’Ivoire, les chiffres ne sont pas connus. Et pourtant, beaucoup de femmes en souffrent en Côte d’Ivoire. Les symptômes les plus courants sont des douleurs insoutenables au moment des menstrues (dysménorrhée), douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunie), défécation douloureuse, difficulté pour uriner (dysurie), abdominales (ombilicales), douleurs pelviennes Méconnue, l’endométriose a été longtemps confondue aux règles douloureuses. Mais il n’en est rien ! L’endométriose est chronique, invalidante et on n’en guérit pas. Ce qui est différent des règles doulou- reuses qui cessent au fil du temps et disparaissent dans certains cas après une maternité. Pis, l’endométriose entraine l’infertilité. La maladie a un impact négatif sur la qualité de vie de la femme. Du fait des douleurs psychologique et physique, elle est la base de l’absentéisme au travail et de divorce. Par ailleurs, au niveau de la médecine moderne, divers traitements comme l’hormonothérapie ou l’ablation chirurgicale sont pratiqués en fonction de la gravité du mal. Mais il existe aussi des remèdes naturels non négligeables. Endo France, l’Association française de lutte contre l’endométriose, propose une thérapie dite thérapie par la chaleur : « Au moment précis où vous souffrez de crampes et de douleurs menstruelles, appliquez une compresse chaude sur la zone douloureuse. Cela vous aidera à détendre les muscles et à refouler la douleur. Évitez la consommation excessive de viande rouge, charcuterie et de produits laitiers. Evitez la consom- mation d’alcool et de tabac. Parce qu’ils sont comme des facteurs primaires pour de telles maladies et il est important pour la réparation d’abandonner dé- finitivement ces habitudes. Il va falloir pratiquer une activité physique pour mieux gérer le stress généré par la douleur, éviter le café et les aliments sucrés, favoriser la consommation accrue de fruits et de légumes, privilégier les aliments riches en acides gras oméga-3 dans votre alimentation, comme les avocats, les poissons, l’huile de coco. Il aide à réguler le taux de prostaglandines dans l’organisme. » Dans la même veine, Mme Olive Gandonou Adjéhi, présidente de l’Ong Endo Woman Afrik, dont le siège est à Yamoussoukro, est engagée dans la lutte contre l’endométriose, souffre depuis 26 ans. Elle l’a bravée et fait de la sensibilisation pour aider les femmes et jeunes filles dans le même cas. Elle en profite pour appeler les autorités à initier des pro- grammes de lutte contre l’endométriose.